Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le grand huit

8 personnes différentes partageant leurs cheminements et inspirations

Je vais faire les courses

Les marketeurs ajoutent souvent la notion d'urgence pour mieux vendre (dépêchez vous, il n'en reste que 3, offre limitée etc), favorisant ainsi l'activation de zones cérébrales sous impliquées dans les prises de décision. Au départ nous allions à pied au marché puis vint l'hypermarché où nous courons en bagnole (grandes enjambées), peut être sortir de cette notion de survie sous jacente. Bien sûr tout le monde s'en croit prémuni.

Nous allons au marché pour subvenir à nos besoins autant que créer du lien social, si votre fromager a les meilleurs fromages du monde mais que vous trouvez que c'est un gros con vous allez le nexter, on papote on prend le temps sinon ça, on vit.

Il n'y a pas d'urgence à se nourrir dans une société de consommation, on consomme (ce qui n'est ni bien ni mal) car on a été en survie depuis toujours, cette étape est nécessaire et on va la dépasser mais pour le moment il ne s'agit pas de courir mais de marcher, si ?

Idem avec celles et ceux qui s'engagent sur des ronds points alors que vous êtes déjà dans la boucle et que le code de la route plus les pointillés les enjoignent à patienter, le bon sens suffit mais chacun valide à chaque fois ce qui le fait régresser (je ne m'exclus pas de ce processus). J'écris ce texte proche des fêtes de fin d'année mais les départs en vacances, peu importe le transport, sont assez significatifs.

Croire que le premier arrivé est le premier servi se base sur la peur du manque (le film resident evil est une critique du consommateur zombi qui fonctionne depuis la compulsion et la preuve sociale)  alors que nous obtenons ce dont nous avons besoin quand nous en avons besoin si cela est relié à ce qui nous nourrit réellement, mais cela nécessite de se connaître et de s'écouter.

Enfin les marketeurs nous demandent si nous voulons jurer fidélité à quelque chose de plus grand que nous via la fameuse carte de fidélité et ses remises, c'est à l'heure actuelle et symboliquement une manière comme une autre de se détester et d'adorer la pyramide.

Les grands méchants capitalistes appuient juste là ou ça fait mal et nous montrent comment nous fonctionnons/ponctionnons, à chacun d'en tirer profit au lieu de s'y opposer ou de le valider.

 

'celui qui est dans l'avoir se fait avoir, celui qui est dans l'être se fait être'

 

PS : Derrière la notion de course je trouve aussi la notion de Mercure dieu des commerces et intercesseur divin, semelles au vent, c'est la définition saine du marché jusqu'à son sens libéral de consentement mutuel, d'échanges, on ne peut pas faire société sur des tentatives de viol du consentement qui sont légions et que l'urgence ou le déni viennent légitimer.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article